cab42.christiaanweiler.net

architecture : strategy and design

120115 / ville durable : open architecture

la ville durable fait fureur, sous divers noms. il y en a un qu'on entend moins, c'est l'évoluvité de la ville et de ces bâtiments. pour beaucoup d'exemples de bâtiments de "patrimoine" cela est une évidence; on les aime, on les adapte, et on fait avec, peu importe ce qu'on y fait. mais quelle est leur qualité, questions de style mises a part?



j'ai pris connaissance d'un plate-forme d'échange sous le nom Open Building Organisation. ce plate-forme est porté par une multitude de participants internationaux, tant industriel, politique et académique. mr habraken fait partie des invités, et j'avais croisé ses écrits (supports, an alternative to mass housing) il y a une 15-aines d'années, quand moi-même je jouais avec un sujet très comparable, 7PLY.

je n'ai jamais eu le temps ni les moyens d'approfondir mes propos, et cela me fait du bien de voir que je n'était pas seul dans ma quête. tout ce que j'ai pour l'instant c'est une constellation d'interprétations stratégiques, qui me permettent de raisonner envers un manifeste comparable :
les bâtiments constituent un tissu urbain (technotope = "temporalité, spatialité et imaginaire technologique", Fay, 1993) qui abrite un programme urbain dynamique. la durée de vie d'un bâtiment englobe plusieurs modifications de programme. un bâtiment réussi se fait / laisse modifier afin de rester adapté aux conditions changeantes. la variabilité d'un bâtiment devient ainsi partie intégrante d'un cahier des charges.

c'est un sujet plein de potentiel pour faire évoluer l'architecture contemporaine, et l"Open Building Organisation" a deja fait un énorme travail afin de dévoiler la richesse de l'approche avec entre autre des concours d'architecture.
afin d'enrichir encore le débat j'espère pouvoir y rajouter un aspect qui me paraît d'importance. quand je vois la plupart des résultats des concours et des références, je vois apparaître la crainte que je formulais en 7PLY : l'effet 'one-size-fits-all' ('taille-unique'), et donc une monotonie formelle. je inviterais tout ceux intéressé au sujet de considérer un potentiel de l'approche open-building, qui consiste à développer une architecture 'sans' programme. a ce moment l'architecture, liberé de reflexions sur la typologie, se concentre sur la performance géométrique et la substance urbaine. une vrai basculement se présente si 116 ans après louis sullivan (the tall office building artistically considered, 1896), on pourrait enfin inverser le crédo en disant : "function follows form", pour laisser tomber le modernisme, et créer de la forme évocative. l'économie trouvera toujours une manière d'exploiter des mètres carrés, tant qu'ils sont bien disposés et agréable à vivre( voir MAB Development)
la, je pense que l'architecture pourrait retrouver une valeur, même un intérêt publique, car il s'agit de la forme de la ville et on est la pour ça.

(120126: j'ai initié le hashtag #openbuilding en espérant canaliser des échanges au sujet... j'ai ouvert un dossier de recherche de références de projets qui sont conçus au dela de l'effet 'taille-unique'. voila la première :

solid11, amsterdam, by tony fretton
init, amsterdam, by groosman partners

a suivre...)